ChroniquesUNE

Le PJD cautionne presque le défaut de paiement des cotisations sociales aux salariés

A tous ceux qui s’en mettent plein les poches en lésant leurs salariés, le PJD est fait pour vous ! Il peut même faire de vous président du conseil d’administration de la C.N.S.S., oui ! Ce n’est pas une blague. L’hôpital qui se moque de la charité ! Et si on vous coince, contentez-vous de régulariser votre situation. Le PJD vous félicitera pour votre élan de conscience.

L’affaire fait couler de l’encre un peu partout. Tout le monde sait à peu près de quoi il retourne. Le PJD refuse de laisser tomber ses cadors. La raison avancée est que pour ce parti, ces irrégularités ne constituent nullement des infractions aux lois du parti ni un quelconque échec dans les responsabilités publiques des deux énergumènes.

 

Que cela soit noté !

 

Le parti a le droit de faire ça. Cautionner et absoudre ! Le Parti a même félicité les deux. Dans un communiqué de ce dernier, il est écrit ceci : « les cadors du PJD qui prennent la charge des responsabilités publiques ont toujours fait honneur au parti. Ainsi, les erreurs qui peuvent être commises par les militants du parti ne le rapetissent pas, ces derniers prennent l’initiative eux-mêmes ou à travers le parti de les corriger ». Que l’on se souvienne de cette arrogance. Il parait que tout cela ne rapetisse pas le PJD.

 

Entendu…

 

Le PJD choisit donc de soutenir ses membres qui lèsent leurs salariés et les privent de droits octroyés par les lois de notre pays. Le PJD choisit donc d’assumer l’hypocrisie de ses membres, qui tantôt défendent les bonnes causes tantôt les piétinent eux-mêmes et crachent dessus. Et le PJD affirme avec tout cela que le parti n’est pas rapetissé par les scandales les plus flagrants de ses membres.

 

En fait, il dit : Nous avons des électeurs et ils continueront de nous soutenir ! Même si nos membres merdent grave, s’entend… Le Parti assume sa laideur et reste donc grand et fier, selon lui-même. Ben voyons…

 

Moi, personnellement, cette arrogance me dérange.

 

Certes, c’est un peu vrai ! La balle est dans le camp des électeurs et on sait tous que le PJD en a plein. Le PJD refuse que « justice politique » soit faite. Il refuse de demander la démission de ses membres. Le Parti compte sur le fait que les électeurs ne retiendront rien de rien de cette affaire. Avec l’histoire parallèle du site web à 250 millions apparue simultanément comme par magie, le parti qui se dit musulman et qui n’a jamais rien demandé de musulman compte sans doute jouer la carte de « nos torts ne sont rien comparés aux leurs ».

 

C’est bien joué !

 

Ils savent manipuler les masses qui les suivent. On peut juste les blâmer pour ne pas avoir bien réagi ! Mais on ne peut rien faire d’autre. Extrêmement bien joué. La balle est donc dans le camp des électeurs. Et pas n’importe quels électeurs, mais leurs électeurs à eux. Autant dire qu’ils gardent le beurre et l’argent du beurre.

 

Le Parti dit que ces deux affaires sont utilisées pour nuire au Parti…

 

Moi je dis que la défense des deux mastodontes par le parti est une troisième affaire qui doit être portée aux oreilles de leurs électeurs à eux. Ainsi que l’idée selon laquelle la diabolisation des autres partis n’excuse en rien la défense par le PJD de ses ministres, même si elle ne concerne que des fautes somme toute assez mineures.

 

A défaut de grives on mange des merles !

 

Bien-entendu tout cela ne servira à rien. La plupart des électeurs ne sont pas vraiment des lumières (qui oserait dire le contraire ?!). Mais moi, je sais ! Le PJD s’est fait l’avocat du Diable et a même félicité ses diablotins… Ce n’est pas rien ! Non, ce n’est pas rien ! Il s’en sortira, certes, avec cette arrogance et ce refus d’appliquer la justice. Mais, au moins, je sais…

 

Ça joue aux saints, ces gars-là ! ça joue aux saints et aux justes… La bonne blague ! Un parti qui ne croit même pas que léser ses salariés pendant 24 ans, tout en étant dans l’irrégularité vis-à-vis de la loi, est une faute gravissime.

 

Et ceux qui voteront Ramid et Amekraz… Ne méritent-ils pas une longue analyse ?! Ou une très courte… La politique n’est pas l’art de bien gouverner. Elle est juste l’art de se faire élire… Et même la mauvaise réputation, dans certains pays, n’est pas handicapante en ces choses. Et ça en dit long, très long même…

 

Nouamane Rimeh.

 

 

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page