Chroniques

Hilarant ! L’USFP vient de condamner la loi 22.20, proposée par un de ses ministres !

Pour l'USFP, un monde sépare la proposition de loi du ministre de la Justice Mohamed Ben Abdelkader et l'esprit de l'USFP. Le parti le délaisse dans l'affaire de la loi-muselière

Ha ! Ha ! Ha ! C’est l’une des choses les plus drôles qu’il est possible de voir… Après un long, très long, très très long silence, le Parti de la Rose vient de prendre parti contre un des ministres du parti. C’est vraiment la meilleure…

 

Dans un communiqué diffusé ce lundi, le parti de l’Union Socialiste des Forces Populaires a pour ainsi dire fortement condamné le projet de loi liberticide portant le numéro devenu célèbre au Maroc : 22.20. Un projet de loi qui porte (et porte bien) pas mal de surnoms dans la presse et chez les citoyens Marocains : Loi-bavette, loi-muselière… Un texte qui après un tumulte sans pareil après la fuite de documents le concernant, a été reporté par le gouvernement, en attendant la fin de la période de l’urgence sanitaire (c’est-à-dire probablement dans un peu plus d’une semaine) et  la tenue des concertations nécessaires avec l’ensemble des instances concernées. D’ailleurs ce report a été demandé par l’initiateur du texte, le ministre de la Justice, Mohamed Ben Abdelkader. USFPéiste…

Le décrire, ce projet 22.20, s’apparente à du remplissage. Mais il faut tout de même plus ou moins le faire, même si quasiment tout le monde sait de quoi ce projet de loi traite. Et le décrire, Khadija Ryadi de l’association marocaine des droits de l’homme (AMDH), le fait bien : « La loi est censée lutter contre les infox, dans les faits elle pénalise la liberté d’expression ; et son vrai objectif est de criminaliser tout appel au boycott passible d’une amende et/ou peine allant de 6 mois à 3 ans de prison ».

Ha ! Ha ! Ha ! Oui, c’est un texte qui avait pour objectif de criminaliser les boycotts et même le fait de médire d’un produit commercialisé. Imaginez !

Au Maroc, de temps à autre, on voit des textes comme ça. Certains suscitent de vrais brouhahas, d’autres non ! Ou pas tellement… Par exemple, on (le Parlement) vient de permettre à des agences de voyages et compagnies de transport de ne pas rembourser les voyages payés par les gens et qui n’ont pu être honorés à cause du confinement. Ces entreprises ont le droit de ne pas sortir le portemonnaie et de proposer un autre service de même valeur, comme remboursement. Effrayant ! Mais revenons à l’USFP.

Le scandale remonte à mars dernier. Et nous sommes… Quoi ? Nous sommes en juin ! Donc de très nombreuses semaines après le scandale, et une semaine avant la fin du confinement, le parti dont vient le ministre de la justice vient condamner une œuvre de ce même ministre… Il faut vraiment être dos au mur pour faire ça ! Désavouer ainsi une de ses éminences grises…

Dans son communiqué de ce lundi, l’USFP a, selon Alyaoum24, enjoint le ministre de la justice promoteur de lois liberticides de retirer le texte et de s’en remettre, selon eux, aux références idéologiques du Parti, modernistes, progressistes, et tout le blablabla qui va avec de pareils propos d’un parti politique lorsqu’il joue à l’assemblée de saints généreux, intelligents et bienveillants. De la rhétorique en somme où a même été utilisé le terme « boussole directrice » voulant décrire « la charte morale » de ce parti qui, faut-il le souligner, est dirigé par des mastodontes riches comme Crésus qui ont de drôles de réputations… C’est très populaire comme parti…

Pour revenir au sujet, le Parti finit dans son communiqué par désavouer tout ce qui peut être liberticide et enjoint ses parlementaires à respecter les bases idéologiques du parti lors des propositions ou des examens de textes de lois.

En résumé, tout ça signifie que le Parti condamne l’œuvre du Ministre et insiste sur le fait que cette œuvre ne saurait être imputée au Parti lui-même qui a des assises idéologiques bien connues (et très éloignées de ce texte de loi) et que c’est seulement le ministre qui ne les a pas respectées. C’est-à-dire que si le ministre avait suivi les enseignements idéologiques clairs et évidents de son parti, il n’aurait jamais osé déposer un tel texte.

Ha ! Ha ! Ha ! C’est à mourir de rire… Pas très fraternel tout ça ! Faire ça à un camarade ?! Le clouer au pilori ?

 

Nouamane Rimeh (nouamanerimeh@gmail.com)

Articles similaires

Un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page